Accueil À propos du Département Les Enseignements La Recherche Les coloques et séminaires Les enseignants Ressources
> Enseignants > Enseignants ENS > Arbib Dan

Arbib Dan

AGPR – Histoire de la philosophie médiévale et moderne, phénoménologie française, métaphysique et philosophie de la religion.

Permanence : le lundi, 15h30-16h30 et sur rendez-vous

Email : dan.arbib@ens.fr

01.44.32.31.61

Présentation

Ancien élève de l’Ecole normale supérieure (AL 2003) et ancien pensionnaire de la Fondation Thiers (2010-2013), agrégé et docteur en philosophie, D. Arbib a enseigné à l’université Paris-Sorbonne (2007-2010) et à l’université Jean-Moulin Lyon-III (2013-2015). Il a consacré sa thèse à « Dieu et l’infini dans la métaphysique de Descartes », sous la direction de J.-L. Marion (2012). Il est aujourd’hui agrégé-répétiteur au Département de philosophie (2015-.).

Recherche

Ses travaux se déploient en trois axes : un parcours en philosophie moderne, ainsi qu’un double éclairage sur les rapports entre infini et métaphysique a parte ante et a parte post. Un parcours en philosophie moderne, consacré en particulier à l’exploration du corpus de Descartes et des cartésiens. A ce titre, il dirige le Bulletin cartésien aux Archives de philosophie (Université Paris-Sorbonne/Università del Salento), bulletin annuel de bibliographie internationale portant sur Descartes et les cartésiens ; en plus de nombreux articles, il est l’auteur de Descartes, la métaphysique et l’infini, Puf, Epiméthée, 2017. Le parcours a parte ante tente de prendre la mesure du virage infinitiste imposé dans la théologie et la métaphysique médiévales à partir des condamnations doctrinales de 1241 puis de la constitution de la métaphysique comme science de l’ens chez Duns Scot. Dans cet horizon, D. Arbib a dirigé le n° 2009/4 des Etudes philosophiques, consacré à l’« Actualité de l’infinité divine aux XIIIe-XIVe siècle » et a fait paraître aux Puf en 2017, avec O. Boulnois, une édition bilingue des Livres I-III des Questions sur la métaphysique de Duns Scot. Quant au parcours a parte post, il tente d’éclairer le dépassement de la métaphysique rendu possible par l’infini dans la phénoménologie contemporaine, notamment chez E. Levinas. Dans ce cadre, D. Arbib a publié La lucidité de l’éthique. Etudes sur Levinas (Paris, Hermann, 2014) et est membre de la commission scientifique des Œuvres d’E. Levinas (Grasset/Imec). Il est par ailleurs l’interlocuteur de J.-L. Marion dans la Rigueur des choses (Paris, Flammarion, 2012). Ses travaux le portent aujourd’hui à l’analyse du concept d’Imago Dei et de la théorie de la liberté chez Descartes, ainsi qu’à une histoire des noms de Dieu sur le temps long de la métaphysique. D. Arbib a également publié, en collaboration avec O. Baetschmann, une édition bilingue du De statua de L. B. Alberti (Paris, ENS-Editions, 2011) et de nombreuses études sur le judaïsme. Il co-dirige, avec J.-L. Marion et V. Carraud, la collection « Epiméthée » aux Puf. D. Arbib est membre de la composante « Mathesis » de la République des savoirs, USR 3608.

Page personnelle : http://ens.academia.edu/DanArbib

Cours et séminaires publics 2017-2018

Introduction à l’œuvre métaphysique de René Descartes - S1, lundi 13h-15h, salle Cavaillès

Après un semestre passé à étudier la jeunesse de Descartes (depuis le « petit registre en parchemin » jusqu’aux lettres du printemps 1630 en passant par les Regulae ad directionem ingenii) et avant de nous intéresser de plus près à la morale (à partir de la Correspondance, du Discours de la méthode et des Passions de l’âme), nous étudierons durant un semestre la métaphysique de Descartes sur la base des trois textes fondamentaux que sont la Quatrième partie du Discours de la méthode, les Meditationes de prima philosophia et la Première partie des Principia Philosophiae. Quels sont les objets et les objectifs de la philosophie prima ? Et d’ailleurs, s’agit-il de philosophie première ou de métaphysique ? Comment, à partir du doute, la découverte de l’ego conduit-elle à la démonstration de l’existence des choses matérielles, au moyen de preuves de l’existence de Dieu, d’une théorie de l’erreur et de l’élucidation de l’essence des choses matérielles ? Ce cours aura pour ambition de répondre à ces questions. Nous éclairerons également certains débats qui s’imposent dans la tradition du commentaire cartésien. Aucune connaissance préalable n’est requise, hormis la lecture du Discours, dans Meditationes et des Principia I.

Ce cours est ouvert à tous et validable dans le PhilMaster.

 

Introduction à l’œuvre de Blaise Pascal - S2, lundi 13h-15h, salle Cavaillès

L’œuvre et la personne de Blaise Pascal fascinent. Comment un enfant doué pour les mathématiques devient-il en grandissant l’inventeur de la première machine à calculer, un scientifique de génie autant qu’un polémiste opiniâtre ? Comment Pascal est-il passé d’une « vie mondaine » au projet d’une « apologie de la religion chrétienne » ? Comment interpréter « l’amas de pensées détachées » qu’il laissa derrière lui, formidables méditations sur l’anthropologie et sur le « Dieu caché » ? Et, pour l’historien, Pascal est-il « augustinien », « cartésien » ? Bref, tout simplement comment lire Pascal ? Ce cours voudrait répondre à ces questions, en introduisant à l’œuvre de Blaise Pascal. Après avoir parcouru les écrits scientifiques, nous étudierons plus précisément De l’esprit géométrique, les Provinciales et les Pensées en nous aidant des lumières jetées par la Correspondance de Pascal avec ses contemporains (le Père Noël, Fermat, Charlotte de Roannez, etc.). Nous rendrons également compte de certains débats qui s’imposent dans la tradition du commentaire pascalien, des difficultés d’édition, etc. Aucune connaissance préalable n’est requise.

Ce cours est ouvert à tous.

 

Introduction au Traité théologico-politique de Spinoza - S2, 6 séances (25 janv., 8 fév., 15 fév., 22 fév., 8 mars, 15 mars 2018), salle Cavaillès

Nous proposerons une lecture suivie du Traité théologico-politique, l’un des deux seuls textes que Spinoza ait publiés de son vivant, afin de comprendre comment il remplit le programme de la Lettre XXX à Oldenburg : 1° détruire les préjugés des théologiens pour permettre aux hommes de s’adonner à la philosophie ; 2° combattre les accusations d’athéisme qui frappent Spinoza ; 3° défendre et libérer la philosophie. - Nous interrogerons notamment les rapports entre le théologique et le politique, la compatibilité entre les thèses de l’Ethica et celles du Traité, et la fécondité de la méthode exégétique proposée par Spinoza. Aucune connaissance préalable de la philosophie de Spinoza n’est requise.

 

Cours de philosophie générale – S1 et S2, lundi, 16h30-18h30, salle Cavaillès

Ce cours constitue une introduction aux principales problématiques de philosophie générale. Sauf exception particulière, il s’adresse exclusivement aux agrégatifs et vise à préparer aux épreuves de philosophie générales, orales et écrites, de l’agrégation de philosophie.

 

Cours sur le De regno de saint Thomas d’Aquin – S2, lundi, 15h-16h30, salle Pasteur

Ce cours constitue une introduction à la lecture, traduction et commentaire du De regno de Thomas d’Aquin. Sauf exception particulière, il s’adresse exclusivement aux agrégatifs et vise à préparer à l’épreuve orale de latin. Séminaire de philosophie de la religion, Dan Arbib, Perrine Simon-Nahum (ENS) et Vincent Delecroix (EPHE) - S1-S2, 09h-12h, 5 octobre, 9 novembre, 7 décembre, 11 janvier, 1er février, 1er mars, 5 avril, 3 mai, salle de séminaire du Pavillon Pasteur. Ce séminaire a pour vocation de faire découvrir aux étudiants la richesse et le dynamisme actuel des études en philosophie de la religion. Procédant par invitations au gré de l’actualité des publications et des recherches, il vise à représenter autant les différents courants qui structurent ce champ que les objets et les problématiques multiples qui occupent les chercheurs. On s’y rendra sensible à la variété du phénomène religieux contemporain et simultanément à la pluralité des approches et même des croisements interdisciplinaires au sein même de la philosophie de la religion.

 [1]